L’annonce du confinement le 17 mars dernier a été un choc pour beaucoup d’entre nous. Mais alors que l’annonce du dé-confinement laisse penser à un retour progressif à « la normale », on constate de plus en plus d’inquiétudes chez les individus à l’idée de reprendre le cours « habituel » de leur vie. 

Une fois passées les angoisses de se retrouver chez soi sans savoir que faire, chacun d’entre nous a tenté – et c’est tout naturel – de trouver un équilibre et avons (re)organisés nos vies. 

La reprise du travail qui apparait souvent comme salvatrice en périodes traditionnelles de congés est dans ce cas confrontée aux peurs. Certains se sentent pétrifiés à l’idée de sortir ou reprendre les transports en commun, d’autres se sont habitués à prendre soin d’eux toute la journée (lire, se détendre, faire du sport…) et relativisent sur les contraintes liées au monde du travail (manque de temps, course permanente, rythme et hygiène de vie…). 

Les angoisses ne sont pas seulement liées à la dangerosité du virus mais bel et bien sur le changement brutal des conditions de vie.

Paradoxalement, nous sommes nombreux à nous sentir libre (pour la première fois depuis longtemps) alors même que nous n’avons pas le droit de sortir… N’est ce pas là le moment idéal de réinventer nos vies, de ne pas reprendre le même rythme mais bien d’en créer un nouveau ?

Le monde du travail doit il se réinventer ? 

Depuis plusieurs années, les entreprises tentent d’identifier et mettre en place de nouvelles méthodes de management pour séduire les nouvelles générations de travailleurs (et ceux qui le deviendront bientôt…), pour réduire l’absentéisme au travail et renforcer l’implication des salariés dans la vie de l’entreprise de façon durable. Le bien être au travail semblait alors être la doctrine à adopter même si il n’est pas facile d’installer une situation gagnant/gagnant et jongler entre productivité et bien-être.

Plus que jamais, face à un retour qui s’annonce difficile – risque d’arrêt maladie, de dépression dans les semaines qui vont suivre la reprise d’activité – il est important pour chaque dirigeant d’anticiper et faciliter les conditions du retour à l’emploi dans les meilleures conditions tant pour leurs salariés que pour eux même.

L’apport réflexologique

Le rôle principal de la réflexologie est d’apporter détente et relaxation et son énorme atout est qu’elle peut se pratiquer partout, même sur son lieu de travail. La réflexologie (plantaire/palmaire) peut être très utile et peut être intégrée de plusieurs manières :

De façon collective, elle permet de diffuser au groupe les gestes simples et faciles à réaliser en auto-traitement.

La réflexologie palmaire est quant à elle très pratique dans le cadre d’un moment de détente offert aux salariés. Les séances sont plus courtes (20 à 30 min en moyenne) et permette d’apporter tout le soin nécessaire et libérateur de tensions, mais également d’offrir l’accès au maximum de salariés.

La réflexologie plantaire nécessite plus de moyens. Mise à disposition d’une salle au calme, temps de séance plus long (1h) mais offre la plus grande attention aux salariés souffrant de troubles chroniques et s’avère très efficace pour retrouver durablement la quiétude souvent nécessaire au bon exercice de sa profession.

Bien qu’il soit encore un peu tôt pour en être parfaitement sûr, le confinement et surtout le télétravail (mauvaise posture, sédentarité…) auront de lourdes conséquences sur les douleurs de dos et il est utile de les anticiper.

Chefs d’entreprises, dirigeants, responsables RH, n’hésitez pas à me contacter pour étudier avec vous la meilleure manière de vous accompagner dans cette reprise et trouver avec vous la formule la plus adaptée.

Contactez moi par mail ou par téléphone au 06 95 47 66 71 pour une étude personnalisée à vos besoins et ceux de vos équipes.

Adresse

Cabinet Equilibre
7 rue du Mal FOCH
85000 La Roche-sur-Yon

Prendre RDV

06 95 47 66 71

Pour toutes demandes particulières 

reflexologie85@gmail.om